Nouvelle cotation

« C’est super moche ce truc, on dirait que ça été fait par un gosse ! Et en plus regardes le prix, ça vaut un bras !!!

Et puis t’as vu ce truc rouge par terre, c’est du n’importe quoi. C’est ça leur fameux « Ready made » ?

Mais non idiot, c’est l’extincteur !

Tout ce charabia, on aurait dû aller au ciné ! »

Dans le contexte de l’art contemporain et d’une certaine dérive spéculative, le collectif de l’Après s’est intéressé au sujet de la valeur, en proposant une nouvelle méthode de cotation des œuvres.

Ce travail sur la méthode a débouché sur ce que nous avons qualifié de « chimère numérique » : une méthode en quelque sorte, introduisant une part de hasard, voire d’ésotérisme, dans la fixation d’une « cote ». De notre point de vue, le hasard et l’ésotérisme sont au moins aussi légitimes que peuvent l’être les méthodes de cotations actuelles associées aux dérives spéculatives…   

« On se fout vraiment de notre gueule, viens, on s’en va ! »

Manifeste de l’Après

1) Le collectif a pour principale orientation le questionnement sociétal et la perspective post-capitaliste.

2) L’existence même du collectif marque l’idée d’un « Après », et incite à son anticipation.

3) Dans le champ artistique, le collectif est critique vis-à-vis de l’art dit « contemporain » dans son expression la plus caricaturale, notamment celle du gigantisme spéculatif. Cette critique pourra s’exprimer « de l’intérieur » et questionnera la perspective d’un art post-contemporain.

4) Le collectif n’a pas d’orientation esthétique, ni de support privilégié, ni de mode de représentation particulier. Ses orientations comme l’esprit de ses membres sont libres. La notion de réutilisation / transformation, l’ironie, l’humour, l’utopie, la déconstruction / reconstruction, la poésie, l’impertinence et la transgression font parties des matériaux sources d’inspiration. Son champ d’expression n’est certainement pas focalisé sur l’œuvre. Son champ n’est pas cernable, il est liquide.

Sans réduire son champ à un mot, celui d’Actopisme peut en être l’une des composantes.

5) Le collectif sera dissout à l’avènement double d’une société post-capitaliste et d’un art post-contemporain. La durée de vie du collectif n’est donc pas maîtrisée.

6) Le collectif n’est attaché à aucun parti politique. Sa démarche est cependant et évidemment « politique », au sens de l’intérêt porté au sujet sociétal.

7) Le collectif n’a pas vocation à promouvoir l’entre-soi ni l’élitisme. Le collectif est accessible aux artistes, poètes, créateurs et créatifs dans la mesure où ils ne sont pas formatés et qu’ils adhèrent à l’esprit du collectif.